Organisation Internationale de la Francophonie Agence universitaire de la Francophonie
Accueil > Actualités > Présentation de l’état d’avancement d’IFADEM au Conseil permanent de la (...)
>

Présentation de l’état d’avancement d’IFADEM au Conseil permanent de la Francophonie, 7 mai 2009

Page publiée le 12 mai 2009, mise à jour le 9 juin 2009

La 104e commission de coopération et de programmation du Conseil permanent de la Francophonie (CPF) s’est tenue au siège de l’OIF à Paris le 7 mai 2009. Elle avait pour objectif d’étudier l’état d’avancement des projets pilotes issus du XIe Sommet de la Francophonie (Bucarest, 28-29 septembre 2006), donc notamment d’IFADEM [1].

M. Pierre-Jean Loiret, membre du secrétariat exécutif IFADEM et coordonnateur de l’initiative pour l’AUF, a présenté la structure de gouvernance de l’initiative, le dispositif pédagogique et technique proposé et l’échéancier de sa mise en oeuvre par les quatre pays impliqués dans la phase d’expérimentation :

  • au Burundi : la convention a été officiellement signée le 2 avril. La formation des instituteurs a commencé le 3 avril, avec à cette occasion inauguration de l’espace IFADEM du lycée de Kayanza ;
  • au Bénin : la convention sera signée le 23 juin, et l’espace IFADEM de l’ENI d’Abomey inauguré le 24, pour un démarrage de la formation durant l’été ;
  • à Haïti les difficultés liées au contexte ont augmenté les délais de mise en œuvre mais l’objectif reste de programmer le début de la formation avant fin 2009 ;
  • à Madagascar les travaux ont dû être suspendus suite au changement de régime. Ils ont désormais pu reprendre mais les choix déjà faits doivent en partie être reconsidérés, et la formation est reportée à 2010.

La Commission s’est félicitée du lancement de cette initiative, a souligné combien elle s’inscrit dans les préoccupations au cœur de la Francophonie en matière d’éducation et de promotion de la langue française, et répond aux attentes en termes de solidarité francophone, de visibilité de la Francophonie et d’actions en faveur de l’enseignement en français en contexte multilingue. Elle a également salué l’appropriation de l’initiative par les États et les synergies développées entre les opérateurs, les acteurs locaux, les partenaires techniques et financiers internationaux et les gouvernements membres.

Plusieurs délégations ont marqué leur intérêt pour le renforcement de l’initiative, qui répond pour elles à un besoin capital, et pour sa mise en place dans leur pays. Les participants ont toutefois souligné la nécessité de conditionner un déploiement plus large — extension à la totalité du territoire des quatre premiers pays, transfert dans d’autres pays, ouverture à d’autres disciplines que le français — aux résultats de l’évaluation prévue à l’issue de la phase d’expérimentation, ainsi que l’importance d’une gestion axée sur les résultats et d’une étude fine des critères de sélection des pays bénéficiaires.

Notes

[1] Sur l’historique d’IFADEM, voir dans la rubrique « Présentation de l’initiative » : De la Déclaration du Millénaire à la Résolution de Québec.


Haut de page   |   Plan du site   |   Aide à la navigation   |   Contacts   |   Mentions légales   |   Accès réservé