Organisation Internationale de la Francophonie Agence universitaire de la Francophonie
Accueil > Haïti > État des lieux
>

État des lieux

Page publiée le 26 septembre 2008, mise à jour le 1er septembre 2010

JPG - 15.2 ko
Localisation de Haïti
Source : Wikimedia Commons

Contexte

La République d’Haïti, située sur une île des Caraïbes, a une superficie de 27 750 km2.

Occupée par l’Espagne à partir de 1492, puis par la France à partir de 1697, elle proclame son indépendance le 1er janvier 1804, mais est à nouveau occupée, par les États-Unis, de 1915 à 1934. Haïti est le premier pays au monde à rendre effective l’abolition de l’esclavage.

Sa population était évaluée à 9,6 millions d’habitants en 2007, avec un taux de croissance de 1,7 % [1]. Près de la moitié de la population a moins de 20 ans.

Des crises politiques récurrentes interdisent un démarrage économique du pays ainsi que la stabilité sociale nécessaire à la mise en œuvre de réformes indispensables. Les Haïtiens ont un accès très précaire aux services sociaux de base : la santé, l’eau courante, l’assainissement, l’éducation. 55 % des ménages vivent dans l’extrême pauvreté, surtout dans les campagnes.

Système éducatif

JPG - 31.4 ko
École Normale d’Instituteurs des Cayes

L’enseignement fondamental accueille les enfants de 6 ans. Il dure 9 ans et est constitué de 3 cycles de 4, 2 et 3 ans.

Il est normalement obligatoire et gratuit, mais plus de 375 000 enfants de 6 à 11 ans ne sont pas scolarisés, principalement en raison du coût de l’éducation pour les familles. Près de 15 000 des 16 000 écoles du pays ne bénéficient d’aucun appui pédagogique ; 92 % des écoles assurant l’enseignement fondamental (1er et 2e cycles : de 6 à 11 ans) appartiennent au secteur privé.

Seulement 17 % des enseignant-e-s en exercice ont suivi une formation initiale. Un ensemble de « tests-diagnostics du niveau de formation des enseignant-e-s de l’école fondamentale » a été présenté en décembre 2007 par l’Institut haïtien de formation en sciences de l’éducation (IFHOSED). 95 % des 974 enseignant-e-s évalué-e-s ont ainsi été jugés très faibles dans leurs pratiques pédagogiques comme dans leur maîtrise des langues (le créole aussi bien que le français).

Notes

[1] Source : The World Bank. Key Development Data & Statistics : http://go.worldbank.org/1SF48T40L0, page consultée le 15 octobre 2008


Haut de page   |   Plan du site   |   Aide à la navigation   |   Contacts   |   Mentions légales   |   Accès réservé