Organisation Internationale de la Francophonie Agence universitaire de la Francophonie
Accueil > Actualités > IFADEM-RDC : première réunion du Comité provincial à Lubumbashi
>

IFADEM-RDC : première réunion du Comité provincial à Lubumbashi

Page publiée le 23 janvier 2012, mise à jour le 23 avril 2012

Le Comité Provincial IFADEM pour le Katanga (RDC) a été réuni pour la première fois le 11 janvier 2012 à Lubumbashi.

JPG - 58.3 ko

Le Lycée Kiwele [1] à Lubumbashi a hébergé mercredi 11 janvier la première réunion du Comité provincial IFADEM pour le Katanga.

Présidé par M. le Ministre provincial de l’Éducation, Laurent KAHOZI SUMBA et composé de dix membres dont les responsables du système éducatif, les inspecteurs et les représentants des partenaires internationaux dans le projet (l’AUF, l’OIF et l’APEFE) il a pour mission de coordonner les volets opérationnels, administratifs et pédagogiques de l’expérimentation d’IFADEM dans deux sous-provinces de Likasi et de Kolwesi.

« l’IFADEM est une précieuse opportunité que nous ne pouvons pas nous permettre de rater, surtout en ce moment où le gouvernement est décidé à améliorer le système éducatif », a déclaré le Ministre, Laurent KAHOZI SUMBA avant d’entendre la présentation de l’IFADEM par Jovin MUKADI, Secrétaire Exécutif National et Maker MWANGU FUAMBA représentant du Ministre de l’Éducation nationale.

JPG - 58 ko

À l’ordre du jour de la réunion : l’aménagement des deux Espaces numériques à Kolwesi et à Likasi, le calendrier des activités et la présentation du travail de conception des contenus par les deux rédacteurs de Lubumbashi. Le Ministre a profité de l’occasion pour leur remettre des ordinateurs comme cela avait été fait la semaine précédente pour leurs collègues de Kinshasa.

Voir aussi

Le 7 juillet 2011 : signature de la convention IFADEM en RDC en présence de SE Abdou Diouf

IFADEM-RDC : Première réunion du Comité national

Notes

[1] Ce complexe scolaire laïc et ancien Athénée Royal d’Élisabeth a une histoire. Il fut construit à l’époque coloniale comme alternative au collège, avec un enseignement mixte non confessionnel, rassemblant toutes les sections de la maternelle à la rhétorique. À l’indépendance, il fut rebaptisé au nom de Kiwele, en souvenir de l’ancien ministre de l’Éducation du gouvernement sécessionniste de Moïse Tsthombe (14 juillet 1960- 21 janvier 1963). Sous le régime de la deuxième république, le complexe était en ruine et complétement détruit. À l’avènement du gouvernement provincial en 2006, celui-ci s’est attelé à la réhabilitation de ce complexe scolaire.


Haut de page   |   Plan du site   |   Aide à la navigation   |   Contacts   |   Mentions légales   |   Accès réservé